Statistiques et sciences comptables, est-ce raisonnable ?

Statistiques comptable études nécessaires

Source: Sage USA Fields of Expertise Accountants Are Currently Training or Planning to Train In

Tu te dis que les sciences comptables est une discipline fascinante, oui, mais complexe, et que l’étude des statistiques ne fait que rajouter une difficulté supplémentaire. Motivé et plein d’entrain, tu t’apprêtes à intégrer l’université pour y apprendre la comptabilité et tu te demandes où je veux en venir. Peut-être, mais qui dit que c’est facile ?

Pourtant, l’équation, comptable etudes necessaires vs statistiques, fonctionne bien. Un bon professionnel, pour maîtriser son sujet, doit effectivement ne rien négliger. Surtout quand il n’a pas le choix. Un étudiant qui apprend les statistiques, c’est comme un musicien qui apprend ses notes de musique. Ou comme un cuisinier qui apprend l’utilisation des épices. Un artisan doit connaître les bases de son travail et en maîtriser tous les aspects.

Stoppons les comparaisons et allons droit au but : statistique comptabilité est le duo gagnant. Pas la peine de parier sur le premier si on ne parie pas sur le second. Nous allons voir que les deux disciplines sont étroitement imbriquées et définir ce que fait un comptable. Puis nous allons comprendre pourquoi un étudiant en science comptable uqam, par exemple, doit se pencher sur l’étude des statistiques.

Des sciences comptables aux statistiques

Afin de bien comprendre la paire comptable etudes necessaires et statistiques, revenons sur ce qu’est la définition des sciences comptables. La formule comprend le mot sciences. En général, cela induit la présence d’une discipline rigoureuse et non l’existence de procédés hasardeux basés sur de simples suppositions. Étudiant en science comptable uqam, tu comprends où je veux en venir.

Focus sur les sciences et la comptabilité

Le mot science invite à l’observation de faits, l’étude de procédés vérifiables et surtout une méthode. Ouf, les clients sont rassurés. En effet, pourquoi confier l’étude de ses livres de comptes à un savant fou. Les comptables doivent être capables d’extraire les données appropriées, de les analyser, puis de les transformer pour aboutir à la remise d’un bilan solide, basé sur des faits quasi scientifiques.

Le professionnel de la comptabilité est effectivement celui qui, au sein de l’entreprise ou pour le compte de celle-ci, va recueillir des informations chiffrées, les étudier puis les analyser. Il contrôle toutes ses activités financières, ses dépenses, ses revenus, ses transactions et tout ce qui a trait à de quelconques investissements. Comme tu peux t’en douter, il ne travaille pas en faisant des estimations en vrac, mais en alliant rigueur et organisation. Un scientifique ? Presque.

Nous venons de définir les sciences comptables et de comprendre leurs aspects scientifiques. Tu suis toujours ? Résumons. Alors, que fait un comptable ? Il fait l’inventaire chiffré de tous les mouvements de flux. Il fournit un état des lieux précis de la situation financière de l’entreprise à un instant t. Il met l’accent sur ses dépenses, ses recettes, et présente au final un bilan solide et chiffré.

 

Focus sur la profession

Statistiques : que fait un comptable pour améliorer ses services

Source: Sage USA Top skills needed by accountant today

Le métier auquel l’étudiant en science comptable uqam prétend est divers, multiforme. Ainsi, il propose un large choix de métiers. Heureusement, c’est ce qui fait la beauté de ce monde. Pourquoi parler de sciences comptables, au pluriel, sinon ? À la première question que fait un comptable, une seule réponse : beaucoup de choses. Différents types de métiers existent. Et comptable etudes necessaires ? Oui, cela ne s’improvise pas.

  • Commençons par ceux qui auditent et examinent l’état financier d’une entreprise, la sincérité et la régularité de ses comptes. Il s’agit d’un travail de fond. Il faut mesurer, contrôler et établir des tableaux de bord. Retiens bien ce mot, nous allons en reparler.
  • Intéressons-nous maintenant au spécialiste judiciaire. Il a une casquette plus répressive. Il analyse des outils financiers permettant de détecter une fraude fiscale ou une anomalie de nature à mettre en péril la santé économique et juridique de l’entreprise. Pour mener à bien sa mission, il va faire appel à des méthodes qui ne laissent rien au hasard. Là aussi, nous allons y revenir.
  • Maintenant, que fait un comptable contrôleur de gestion ? Ce dernier a sous sa responsabilité les opérations financières de la firme qui l’emploie. Il doit analyser les coûts, établir des budgets prévisionnels, puis établir des rapports présentant ses prévisions et ses analyses. Quel outil utilise-t-il pour cela ? Un indice et deux mots : statistique comptabilité. À suivre. Quel suspense !
  • Terminons avec quelques mots sur la gestion des risques. Il s’agit également d’utiliser des outils permettant de prendre en compte les risques avant de donner une évaluation et de faire des propositions. Il s’agit principalement de limiter la marge d’erreur puis de calculer les réserves et les fonds nécessaires à la réalisation des projets de l’entreprise.

Quelles données collecter en sciences comptables?

Aujourd’hui, même les petites entreprises et les entreprises moyennes ont à manipuler de nombreuses données. De nombreuses données de toutes sorte. Nous donnons donc ici en Intermède un petit article (En

anglais malheureusement) sur l’importance de maîtriser les mégadonnées (big data). Comme c’est un sujet très contemporain et de futur proche, le comptable doit déjà s’appuyer, selon Anushka Mehta sur quatre types d’analyses de données:

  1. La statistique descriptive;
  2. L’analyse diagnostique;
  3. L’analyse prédictive;
  4. L’analyse prescriptive.

Je te laisse fouiller.

C’est quoi les statistiques ?

Revenons au sujet plus près de nous. Alors comptable etudes necessaires ? Les statistiques bien sûr. Car

  • Elles contribuent à une meilleure compréhension et une description plus nettes d’un phénomène naturel;
  • Elles aident à planifier adéquatement et efficacement la recherche dans n’importe quel champ d’étude;
  • Elles servent à collecter des données quantitatives judicieuses;
  • Elles permettent de présenter des données complexes sous forme de tableaux, de diagrammes ou de graphiques qui offrent un compréhension claire et simple des données;
  • Elles permettent de comprendre la nature et la structure d’un phénomène selon des observations mesurables.

Nous en venons tout naturellement à la question qui nous brûle les lèvres depuis tout à l’heure. Nous avons répondu à la question comptable etudes necessaires par l’affirmative. Calmons maintenant le lecteur impatient et mentionnons ces outils que j’évoque depuis un moment sans les nommer. As-tu deviné ? Est-ce les outils numériques, les outils de jardin ou les outils statistiques ?

Tirelire comptableIl s’agit bien évidemment des outils statistiques. Rappelons donc ce que sont les statistiques avant d’aller plus loin et d’analyser le concept statistique comptabilité. Ce concept provoque souvent notre incompréhension, ignorant ses concepts de base qu’on trouve trop abstraits et éloignés de futures préoccupations professionnelles.

Pourtant, l’étude des statistiques a évolué. La puissance numérique a permis d’éliminer les concepts trop diffus pour les remplacer par une approche concrète, basée sur le retour du terrain et l’expérience des différents utilisateurs. Fini donc les preuves algébriques, les formules mathématiques dignes d’un prix Nobel ou les équations du douzième degré faisant se dresser les cheveux sur la tête.

Dans de nombreux domaines professionnels, l’étude des statistiques est devenue nécessaire. Un exemple avec la mode. Même dans ce secteur d’activité pourtant associé au strass des podiums et aux vêtements haute couture des mannequins, les statistiques se sont rendues indispensables. Elles permettent de comprendre les goûts des clients, d’analyser leurs dépenses et leurs revenus, et donc de mieux cibler sa clientèle cible pour adopter une meilleure stratégie de vente. Abandonnons un instant l’univers de la mode et revenons maintenant aux points évoqués précédemment, à l’occasion de la présentation des différents métiers du couple statistique comptabilité.

Du spécialiste audit qui analyse des tableaux de bord à l’expert judiciaire qui estime des niveaux de risque grâce à des outils financiers, il n’y a qu’un dénominateur commun. Du contrôleur qui établit des rapports de budget au spécialiste de la gestion de risque qui fait des prévisions et établit des évaluations, une seule réalité.

Tous ces professionnels utilisent des outils statistiques :

  • les auditeurs utilisent des échantillons statistiques représentatifs d’un système, car ils ne peuvent tout analyser dans le temps imparti ;
  • les spécialistes judiciaires se servent des méthodes statistiques pour analyser des outils financiers ;
  • les contrôleurs profitent de la puissance des statistiques pour leurs prévisions et leurs analyses ;
  • les gestionnaires de risque maîtrisent les principes de corrélation et de distribution pour évaluer les risques.

Les deux disciplines sont donc devenues inséparables, un peu comme des frères siamois reliés par la tête malgré eux. Les statistiques ne sont pas accessoires mais inhérentes au domaine de la comptabilité. La paire statistique comptabilité ne fait plus qu’une. Il est maintenant primordial d’être capable pour exercer ce métier d’identifier des données, de les analyser, et de les extraire pour définir des variables.

Quelles sont les techniques statistiques les plus utiles dans ce domaine ?

Quelles données utiliser ?

Abordons maintenant la partie plus technique, celle qui peut effrayer l’étudiant science comptable uqam, mais rassure d’un autre côté les recruteurs à la recherche des candidats les mieux formés.

statistiques que fait un comptable avec les technologies nuagiques

Statistiques sur ce que fait un comptable avec les technologies nuagiques

Plusieurs techniques peuvent être utilisées afin de mener des analyses descriptives permettant de dégager des schémas pertinents et des tableaux prévisionnels. Les outils statistiques rendent possible l’analyse des données et l’obtention de résultats. Ces données peuvent provenir d’échantillons dont la taille doit être précisée et les contours délimités avant de parvenir à des conclusions limitant le risque d’erreur.

La comptabilité n’est peut-être pas une science, mais requiert de la précision et l’analyse des données doit être faite avec exactitude. Sans pour autant rendre l’erreur souhaitable, les méthodes statistiques vont assouplir la donne et permettre que des décisions soient prises à partir d’approximations raisonnables ou plutôt à partir de techniques d’échantillonnage.

Prenons un exemple simple : le responsable audit profite de l’outil statistique. Dès lors qu’il évalue la fiscalité d’une entreprise, il ne peut évidemment pas, suivant sa taille, analyser l’ensemble des données disponibles. Il va donc utiliser un échantillon de données, un échantillon statistique qui va refléter de façon précise la comptabilité qu’il est en train de scruter à la loupe.

Comment les utiliser ?

Nous avons vu que les approximations sont possibles dès lors que les données utilisées restent représentatives de l’ensemble des éléments disponibles.

statistique en sciences comptables ventes d'un magasin de sport d'hiver

Courbe statistique comptabilité des ventes de matériel de sport d’hiver

L’élève va-t-il devenir un mage ? Non, il ne s’agit évidemment pas de prédire l’avenir dans une boule de cristal. Il n’est pas question de faire des suppositions sans fondement, mais de s’appuyer sur des outils statistiques et des indicateurs financiers. Ceux-ci permettent alors de faire des prévisions de dépenses, de revenus et de flux de trésorerie.

Tu aimes les histoires de détectives ? Tu penses que l’énigme comptable etudes necessaires était facile à résoudre ? intéressons-nous alors un instant à ceux qui vont donner vie à ces précisions puis permettre d’avoir une vision numérique et graphique de la réalité.

Je veux parler des experts judiciaires, exemples parfaits de cette alchimie subtile entre statistiques et sciences comptables.

Ces spécialistes traquent aujourd’hui la fraude fiscale de toute nature, utilisant pour ce faire des instruments financiers hautement sophistiqués. Ainsi, ils dépendent des méthodes statistiques pour analyser ces instruments financiers qui peuvent être utilisés pour perpétrer des fraudes. Évoquons les contrats d’échange sur risque de crédit ou les titres de créances collatéralisés. Ces juricomptables, pour prévoir le risque de titrisation, vont devoir analyser le mécanisme d’utilisation des outils statistiques. Élémentaire mon cher Watson !

Terminons notre démonstration en évoquant la notion de risque. Un peu d’action ? Oui ?

Un petit mot dans ce cas sur les souscripteurs hypothécaires. Ces derniers analysent les risques inhérents à chaque prêt. Impossible sans outils statistiques permettant de définir ce que l’acheteur peut payer mensuellement et ce qui reste rentable pour le prêteur. Les professionnels vont souvent utiliser la corrélation, la distribution ainsi que les modèles de régression, principes statistiques autorisant la prise en compte du risque pour établir leur évaluation.

La statistique présente certaines limites qu’il est important de connaître

  1. Les lois statistiques s’avèrent vraies sur la moyenne, sur des ensembles de faits. Une observation unique ne peut constituer une statistique. Les statistiques gèrent uniquement des groupes ou des agrégats.
  2. Les méthodes statistiques s’appliquent aux mieux avec des données quantitatives.
  3. Elles ne peuvent pas s’appliquer à des données hétérogènes, dissemblables.
  4. Il est nécessaire de prendre un grand soin dans la collecte, l’analyse et l’interprétation des données.
  5. Seul un expert en statistique peux manipuler des données statistiques efficacement.
  6. Des erreurs sont possibles lors de décisions statistiques. L’inférence statistique, tout particulièrement, entraîne certaines erreurs sans qu’on le sache.

Conclusion

Statistiques nombre de comptables Québec Étas-Unis

Infographie Québec vs États-unis

Les statistiques permettent d’aborder la comptabilité plus finement. Elles donnent accès à des outils qui améliorent ses compétences techniques et professionnelles. Pas de quoi s’inquiéter finalement. Une fois dédramatisé le concept statistique/comptabilité, il est facile de se rendre compte que ces deux notions ne sont pas antinomiques. Tu l’as bien compris, elles se complètent.

Elles ouvrent donc davantage de portes à l’issue de ses études. Il est rassurant pour un employeur d’avoir à ses côtés un technicien formé, maîtrisant les techniques les plus pointues dans son domaine. La comptabilité est une affaire sérieuse. Les enjeux sont énormes pour l’entreprise qui s’appuie sur l’expertise d’un professionnel.

Les statistiques, encore elles, montrent qu’un patron heureux est un patron qui embauche.

Données statistiques et sciences comptables: partage ton point de vue

Alors convaincu ? Tu penses encore que tu peux te passer d’un cours d’introduction aux méthodes statistiques. Si tu penses OUI, laisse-nous un commentaire, en bas. Partage ta pensée. Si tu penses que NON, partage aussi ton point de vue. Ça nous intéresse tous et toutes.

À vos stats, prêts ? Partez.

Sources :

  • https://www.compta-facile.com/comptabilite-definition-role/#:~:text=de%20la%20comptabilit%C3%A9-,1.,situation%20financi%C3%A8re%20de%20l’entreprise.
  • https://financesonline.com/accounting-statistics-analysis-of-trends-data-and-market-share/
  • https://www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/fr/tv.action?pid=2110003901&request_locale=fr
  • https://www.lesaffaires.com/dossier/dechiffrer-l-avenir-de-la-profession-comptable/dechiffrer-l-avenir-de-la-profession-comptable/599169
  • https://fr.wikipedia.org/wiki/Ordre_professionnel_des_comptables_professionnels_agr%C3%A9%C3%A9s_du_Qu%C3%A9bec
  • https://fr.wikipedia.org/wiki/Comptable_professionnel_agr%C3%A9%C3%A9

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix − neuf =